top of page
  • Photo du rédacteurImmeuble.fr

Comment négocier le prix d'un immeuble de rapport ?

Dernière mise à jour : 12 juin 2023


Investir dans l’immobilier est une chose, faire le choix de s’intéresser au marché des immeubles de rapport en est une autre. En effet, il s’agit d’un milieu relativement fermé, en raison d’une très faible quantité d’offres, ainsi que du prix qui peut être décourageant pour certain. Cependant, il s’agit très certainement du type d’immobilier locatif d’habitation le plus rentable, ce qui en fait un excellent moyen d’investir quelles que soient vos capacités financières.


En effet, les organismes de prêt acceptent très facilement d’apporter leur aide dans ce genre de cas, à condition d’avoir choisi le bien immobilier idéal dans une zone géographique à fort potentiel locatif. Une question reste tout de même importante : est-il possible de négocier le prix d’un immeuble, et quels sont les leviers à actionner pour réussir cela ? Toutes les réponses ici.


Pour en savoir plus consultez notre article Prix d’un immeuble entier


Les situations favorables à une négociation du prix d’un immeuble

La première chose à savoir concernant le prix d’un immeuble, c’est que tous les biens de ce type ne voient pas leur prix être systématiquement négociables. En effet, un immeuble récent, en parfait état, déjà occupé par des locataires et dont le propriétaire n’est pas pris par le temps ne verra que dans de très rare cas son prix baisser, même après une longue négociation.


Ainsi, afin de réussir à négocier le prix d’un immeuble, il faut au préalable rechercher les situations qui favorisent ce genre de discussion entre le vendeur et l’acheteur. Ainsi, 3 contextes récurrents permettront d’engager une négociation intéressante :

  • Le propriétaire actuel connaît des difficultés financières Il pourra arriver que le propriétaire d’un immeuble décide de mettre en vente son bien pour différentes raisons. Parmi ces raisons, des difficultés financières seront les plus problématiques pour ce dernier, qui devra vendre son bien dans des délais très courts pour éviter de se confronter à des problèmes juridiques importants. Dans ce genre de cas, une vente à perte est souvent envisagée, car moins défavorable qu’une amende ou une convocation judiciaire.

  • Le propriétaire actuel est motivé par une raison personnelle Le second scénario qui permettra de négocier très favorablement le prix d’un immeuble est un problème personnel rencontré par le propriétaire du bien. Qu’il s’agisse d’un divorce, d’un héritage, d’un décès, d’une maladie, d’un changement d’emploi, d’une perte d’intérêt pour ce genre de gestion… bref un évènement dans son quotidien qui le pousse à se débarrasser de son bien, quitte à y perdre de l’argent.

  • L’immeuble à vendre est en mauvais état Enfin, le troisième cas, et le plus fréquent, l’immeuble voit sa condition se détériorer, tant et si bien que le propriétaire préfère le vendre qu’engager de longs mois de rénovation et d’assumer les frais d’une telle entreprise. Il s’agit du scénario idéal, puisqu’il permettra à un acquéreur potentiel d’engager des travaux dès l’acquisition du bien, en comptant ces derniers dans les frais de départ, ce qui sera moins problématique sur le plan financier.


Ce qu’il faut rechercher pour déterminer la marge de négociation

Outre les 3 scénarii cités plus tôt qui favorisent une négociation du prix d’un immeuble, certaines questions sont à poser durant la visite d’un bien de ce genre mis en vente afin d’avoir une idée de la marge de négociation du prix.


Ces questions seront particulièrement importantes, puisqu’elles vous permettront d’une part de cerner la personnalité du vendeur, et d’autre part d’en apprendre plus sur le contexte de la vente, et donc sur ce qui pourra jouer dans votre sens au moment de parler du prix.

Les questions à poser sont :

  • Pourquoi souhaitez-vous mettre en vente cet immeuble ? Cette simple question, tout à fait normale en apparence, permettra de déterminer le contexte de la vente, et donc vous informera sur la situation du vendeur. Est-il désireux de vendre rapidement ? A-t-il des difficultés à gérer les locataires ? La gestion de l’immeuble lui demande-t-elle trop de temps et d’argent ?

  • Depuis combien de temps êtes-vous propriétaire de ce bien ?

    • 1 à 3 ans : toute négociation sera impossible

    • 3 à 10 ans : vérifiez la présence de travaux récents, la négociation jouera sur ce point

    • Plus de 10 ans : c’est le terrain le plus apte à permettre la négociation

  • Cela fait longtemps que vous cherchez à vendre ? Plus le souhait de vendre est ancien, plus il sera possible d’envisager une négociation intéressante.

  • S’agit-il d’une vente en mandat simple ou exclusif ? Cette question s’adresse à l’agent immobilier. Les mandats simples sont les plus favorables pour obtenir un prix intéressant après négociations.


Notons toutefois que tous les vendeurs ne seront pas forcément honnêtes, et il convient de considérer sa réponse prudemment. Toutefois, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de l’agent immobilier si c’est possible, et d’établir une relation de confiance avec le vendeur afin d’augmenter vos chances d’avoir une réponse digne d’intérêt.


Complétez votre lecture



17 vues0 commentaire

Comments


bottom of page